Le rhume, la rhinite allergique, la rhinopharyngite, la sinusite

Nez bouché
  • Le rhume : point de départ des infections de la sphère ORL ?

C'est un terme commun, non médical qui englobe toutes les pathologies nasales aiguës, c'est-à-dire qui ne durent que quelques jours par opposition aux pathologies chroniques. Le rhume, c'est une rhinopharyngite banale à son début.
Le rhume est souvent d'origine virale.
Les enfants de moins de quatre ans font en moyenne 8 rhumes par an, les grands enfants 4 à 5 par an, les adultes jeunes 2 à 3 par an.

  • Quel impact sur la qualité de vie ?

Avoir un rhume n'est pas si innocent que cela car celui-ci a un impact très négatif sur la qualité de vie.
Les symptômes courants rencontrés sont : obstruction nasale, éternuements, douleur pharyngée, toux, malaise, sensation de froid, rhinorrhée ainsi que céphalées.
Le rhume perturbe le sommeil dans 94 % des cas et les activités sociales dans 87% des cas.

  • Quelles peuvent être les complications d'un rhume ?

Un rhume tout à fait banal peut se compliquer d'une otite moyenne aiguë, d'une sinusite aiguë, d'une crise d'asthme, ou d'une bronchite aiguë.
Les risques sont majorés en cas d'allergie, d'asthme, de tabagisme ou de respiration buccale.
L'idéal est de rompre le cercle vicieux initié par le rhume, afin d'éviter les rhinopharyngites et rhinosinusites.

Nez bouché

La rhinite allergique : D'où vient-elle ?

Vous souffrez d'allergies ?

Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul à souffrir de cette pathologie ORL : 24 % de la population est allergique : poils d'animaux, acariens, poussières, pollens, nourriture ou produits...

Les études épidémiologiques montrent que la fréquence de ces allergies a doublé en 30 ans.

Les causes de la rhinite allergique sont multiples mais les principales sont :

  • La détérioration de l'environnement, en particulier la pollution atmosphérique,
  • Le confinement croissant des habitations (la crise énergétique a eu pour conséquence d'accroître l'isolation des habitations et de créer une augmentation de la densité des allergènes domestiques).

Aujourd'hui, l'OMS classe l'allergie au 4ème rang des pathologies mondiales. La part de la population qui a déjà subi une pathologie allergique s'élève à 30%. Selon certaines estimations, cette proportion devrait atteindre 50% entre 2035 et 2050.

La rhinite allergique est provoquée par l'exposition de la muqueuse nasale à des allergènes inhalés comme les pollens, les poussières de maison, les acariens...

Il existe 2 types de rhinite allergique :

  • Les rhinites saisonnières (appelées encore « pollinoses » ou « rhumes des foins ») dont l'apparition est liée au calendrier pollinique. Sur les 20 % de la population allergique, 75 % l'est à un pollen. Les mois les plus polliniques sont les mois d'avril à juin avec les herbacées (colza...) et les graminées (foins). Platanes, bouleaux, peupliers, ainsi qu'en juillet, tilleuls et troènes peuvent aussi être responsables d'allergies.
  • Les rhinites apériodiques (ou perannuelles) dont les causes sont des allergènes non saisonniers et qui se manifestent toute l'année. Parmi ces allergènes : les acariens, les blattes et les moisissures qui affectionnent les endroits chauds et humides, ainsi que les poils d'animaux domestiques. Près de 2,5 % de la population présente une allergie aux animaux domestiques.
    Le chat est l'animal classé au premier rang.

Certains individus font l'objet de polysensibilisation. C'est-à-dire qu'ils cumulent allergies saisonnières (ex : le pollen) et allergies apériodiques (ex : poils de chien).

Comment se déclare la rhinite allergique ?

2 phases :

Phase 1 :

Phase de sensibilisation (première exposition) à l'allergène.

L'allergène entre en contact avec l'individu. Il y a une réponse immunitaire de l'organisme vis-à-vis de cette substance. Au cours de cette première exposition, l'individu produit des anticorps (les mastocytes) qui reconnaissent l'allergène en cause. Ces anticorps vont se fixer sur les muqueuses nasales.

Phase 2 :

Seconde exposition à l'allergène.

Lors d'un nouveau contact, l'allergène va se confronter aux mastocytes, les stimuler et provoquer la libération de facteurs inflammatoires comme l'histamine.

Cette réaction inflammatoire entraîne :

  • une hypersécrétion de mucus et un gonflement de la muqueuse nasale causé par l'inflammation pouvant obstruer les voies aériennes,
  • des éternuements fréquents,
  • des rougeurs et larmoiements,
  • une perte de l'odorat.

En utilisant STÉRIMAR®, vous débarrassez votre nez des allergènes, vous décongestionnez les muqueuses, vous éliminez l'encombrement muqueux et restaurez ainsi une fonction nasale optimale.

Quelles sont les complications de la rhinite allergique ?

  • L'obstruction nasale peut provoquer des troubles du sommeil néfastes.
  • La gêne chronique est invalidante, particulièrement la rhinorrhée, combattue par les antihistaminiques dont certains sont sédatifs. Les risques sont alors une perturbation de l'attention ou de la vigilance au mauvais moment (conduite automobile, lieu de travail, examens de fin d'année,...).
  • L'asthme, fréquemment associé à la rhinite allergique (élément déclenchant), est le plus sérieux évènement conjoint.

D'après les estimations de l'OMS, il y a actuellement 300 millions d'asthmatiques dans le monde. L'asthme est la maladie chronique la plus courante chez les enfants.

En 2002, l'OMS a publié le rapport ARIA (Allergic Rhinitis and its Impact on Asthma).

Son objectif :

  • Dresser un état des lieux de la rhinite allergique,
  • Adopter une stratégie de prévention de l'asthme en assurant une meilleure prise en charge.

En effet, l'étude montre que 80 % des patients asthmatiques présentaient au préalable une rhinite.
Cette prise en charge aurait pu permettre d'éviter l'aggravation de la maladie et son évolution.
C'est pourquoi asthme et allergies sont les priorités de santé publique identifiées par l'OMS.

La rhinopharyngite

Qu'est-ce qu'une rhinopharyngite ?

La rhinopharyngite est une inflammation aiguë ou chronique de la muqueuse nasale et de celle du rhinopharynx. C'est un milieu propice aux inflammations et au développement d'infections microbiennes.

D'où vient la rhinopharyngite ?

Elle est souvent causée par des virus (infections virales), plus fréquentes à la mauvaise saison, survenant par petites épidémies.
Elle est favorisée par le froid et la fatigue.

Comment reconnaître une rhinopharyngite ?

Les signes annonciateurs sont les suivants :

  • gorge (pharynx) rouge et enflammée,
  • écoulements et obstruction nasale,
  • éternuements,
  • malaise général,
  • parfois des maux de tête,
  • fièvre (fréquente chez l'enfant) parfois très élevée pendant 2 ou 3 jours,
  • gêne pour respirer, pour sentir les odeurs,
  • démangeaisons du nez et de la gorge,
  • sensations de picotements et de constriction (serrement) peuvent également survenir.

La rhinopharyngite est-elle contagieuse ?

La rhinopharyngite d'origine infectieuse (microbienne ou virale) est contagieuse à l'inverse de la rhinite d'origine allergique.

Comment se transmet la rhinopharyngite ?

Elle se transmet par les particules liquides (de salive ou de sécrétions nasales) en suspension, émises par les individus contaminés. Par exemple, les postillons en suspension dans l'air lors d'une conversation ou l'éternuement peuvent provoquer la transmission des germes.

Quelle est la durée de vie du virus ou de la bactérie hors du corps humain ?

La durée de vie du germe hors du corps humain peut varier de quelques minutes à quelques heures.

Comment se débarrasser d'une rhinopharyngite ?

L'utilisation d'antibiotiques est déconseillée car ils sont totalement inactifs à ce stade. Les antibiotiques sont efficaces contre les bactéries mais n'ont pas d'action sur les rhinopharyngites dues à des virus.

Quelles sont les mesures pour se débarrasser d'une rhinopharyngite ?

  1. Se moucher pour dégager le nez des sécrétions qui l'encombrent,
  2. Réaliser systématiquement un lavage du nez avec de l'eau de mer.

Quelles sont les complications de la rhinopharyngite ?

Cette pathologie, a priori bénigne, peut se compliquer, le pharynx servant de porte d'entrée à l'agent infectieux. Le plus souvent, les systèmes de défense immunitaire mis en route, conjointement à de simples soins locaux, permettent d'enrayer l'évolution de l'infection.

Toutefois, si aucune mesure n'est prise, il peut y avoir surinfection ou propagation de l'infection à l'ensemble de la sphère O.R.L. par le simple fait que le nez, la gorge et les oreilles communiquent entre eux :

  • La sinusite, surtout chez l'adulte, est une complication classique avec son cortège de douleurs, fièvre et maux de tête.
  • L'otite est infectieuse c'est-à-dire aiguë, douloureuse ou fébrile chez le petit, et séreuse, inflammatoire et donnant une sensation d'oreilles bouchées chez l'adulte.
  • La laryngite est une autre complication infectieuse sur les voies aériennes liée à la rhinopharyngite. Elle peut provoquer une modification de la voix ou une gêne respiratoire notamment chez l'enfant, à cause de l'extension du processus d'inflammation d'origine virale. Un œdème se crée, les tissus gonflent et peuvent provoquer l'étouffement.
  • Enfin et surtout la bronchite aiguë ou chronique qui peut être la complication de toutes ces infections virales ou bactériennes.

La rhinopharyngite et ses complications sont un passage obligé de la petite enfance. Quand le système immunitaire de l'enfant atteint sa maturité, vers l'âge de 3 ans, les rhinopharyngites ont tendance à diminuer.

La sinusite

Qu'est ce qu'une sinusite ?

La sinusite est une inflammation des sinus, cavités osseuses situées dans les os de la face. Il s'agit d'une infection bactérienne ou virale.
Aujourd'hui, la dénomination la plus exacte est celle de rhinosinusite.

Comment reconnaître une sinusite ?

Elle se caractérise par :

  • Une obstruction complète d'une fosse nasale,
  • Un mouchage abondant et purulent (jaune) avec des mucosités présentes dans l'arrière gorge qui signent l'infection bactérienne,
  • Une douleur plus ou moins diffuse qui atteint le front ou la face, au niveau des sinus frontaux ou maxillaires,
  • L'odorat qui s'estompe ou disparaît,
  • La fièvre supérieure ou égale à 38°C (n'est pas toujours présente).

Quelles sont les causes d'une sinusite ?

Les sinus sont des cavités fermées s'ouvrant dans le nez par un petit orifice appelé méat. Les 15 000 litres d'air que nous inspirons chaque jour sont d'abord filtrés, réchauffés et humidifiés par le nez avant de passer par ce méat. Lorsque la muqueuse nasale se congestionne, l'air ne passe plus dans les sinus. Ces derniers deviennent alors un terrain propice au développement des bactéries et donc à une infection.

Les causes incriminées :

  • un rhume banal mal soigné : 5 à 10 % des rhumes négligés tournent en sinusite.
  • une intervention dentaire : les molaires et les prémolaires de la mâchoire supérieure sont proches des sinus maxillaires.
    Deux cas se présentent : soit la dent est infectée, soit elle a été traitée avec un amalgame dont une partie a migré ensuite dans l'un des sinus maxillaires.
  • une anomalie anatomique congénitale ou traumatique : déviation de la cloison nasale, méat trop étroit, polypes du nez (souvent d'origine allergique).

Quelles sont les complications de la sinusite ?

Elles diffèrent selon la localisation

  • Sinusite maxillaire
  • Sinusite frontale
  • Attention aux atteintes méningées, vasculaires et cérébrales, ainsi qu'à l'ostéite frontale torpide, rarissime mais grave !
  • Sinusite sphénoïdale

Elles sont très rares (moins de 1% des cas), mais le risque d'atteinte du nerf optique est majeur ainsi que le risque de méningite et thrombophlébite des vaisseaux cérébraux.